Archives mensuelles : septembre 2009

Quand on n’a pas assez de budget…

… on se débrouille !

de la vaisselle jetable, un pistolet à colle, et voilà un serviteur « home made », pour les gourmandises du buffet des 20 ans de la bibliothèque où je travaille.

Cela permet d’avoir un peu de relief sur la table, plutôt que tout sur des plateaux…

Quelques heures « au vert »

sur la « Voie verte », entre St Gaultier et Le Blanc, dans l’Indre.

Une voie de chemin de fer désaffectée, transformée en voie pédestre et cyclable. Une jolie balade facile (c’est presque plat), tranquille et à l’écart des voitures.
Nous n’avons pédalé que sur un petit tronçon, mais c’est bien agréable.
Pourtant, et c’est paradoxal, aller « toujours tout droit » (ou presque), même si c’est facile à parcourir, cela a un peu lassé Math, qui du coup, était soi-disant « fatigué » (bon, ce n’est pas un grand sportif, mais quand même…)
Même moi, je n’ai eu aucun mal, c’est dire… !

Eduquer un enfant (ou un animal) (ou les deux)

c’est (entre autres…) leur apprendre des règles de vie, leur poser des limites… et S’Y TENIR !

Mouais….. sachant qu’une des règles de la maison est PAS D’ANIMAUX DANS LES CHAMBRES, y’a du boulot !

Vite fait : un tapis pour la gamelle de Moustic

Vous allez vous dire : « Eh bien, encore une gaga de son chat (c’est un peu vrai !), il lui faut son petit tapis à lui, gnagnagna… »

Eh bien, c’est que vous ne connaissez pas le problème, ou plutôt les problèmes.

1 : la gamelle du chat était toujours posée par terre, sur le tapis devant l’évier, et j’ai dû faire face à de nombreux « shoots » dedans, avec éparpillement de croquettes partout (sans compter les jurons de Monsieur…).

2 : ce cher chat balade sa gamelle en mangeant si elle est directement sur le carrelage, d’où le choix du tapis devant l’évier, vous suivez ?
(Z’avez déjà mangé la tête dans l’assiette, vous, pas facile sans que la gamelle avance à chaque coup de tête!)

3 : ce cher chat (bis) a décidé que c’était trois fois meilleur quand on sort les boulettes de viande de la gamelle pour les manger, ça permet de déguster… (là, je ne vous fais pas de dessin sur les traces sur le tapis devant l’évier…)

Alors, vite fait, un petit tapis rien que pour Moustic et sa gamelle, bricolé avec des restes de tissu (un vieux bout de couette offerte en cadeau par un grand site de VPC, vous voyez le genre…, du tissu chiné).

Comme ça, on ne met plus les pieds dans le plat…

C’est tout ce que j’ai le temps de bricoler en ce moment, et c’est bien pauvre, d’autant qu’il y a plein de projets sympas partout sur la toile…

Mes dernières lectures…


LA PIERRE DE LUMIÈRE

d’Andrew Norriss
Pocket jeunesse, 2009

LA PLUME DE L’ANGE
de Laure Bazire et Flore Talamon
Nathan Poche, histoire, 2009

SUPERCHOUCHOUTE
de Béatrice Hammer
Ed. Alice jeunesse, 2009

000366497986673-gfSuperchouchoute (cover).eps

3 romans jeunesse, que je devais lire pour la prochaine sélection Escapages, sélection jeunesse des bibliothécaires de l’Indre.

Rien de transcendant chez ces trois-là.

La Pierre de lumière : un roman à lire à partir de 10 ans, de la science-fiction.
Et si un jour, une extra-terrestre atterrissait dans votre jardin, si elle vous donnait une pierre aux propriétés infinies, qu’en feriez-vous ?

La Plume de l’ange : un roman historique, à partir de 12-13 ans.
Une intrigue policière, avec une héroïne fille, dans le milieu des imprimeurs du 18ème siècle.
C’est très bien documenté, mais du coup un peu trop descriptif, et cela nuit à l’intrigue dans laquelle on a du mal à entrer.

Superchouchoute : à lire à partir de 8-9 ans.
Superchouchoute est la chouchoute de tout le monde, elle fait toujours tout bien, pour être toujours aimée de tout le monde. Son copain lui est tout le contraire.
Chacun à leur façon ne sont-ils pas enfermé dans leur réputation ?
Pffff, un peu trop démonstratif, et cela manque de peps !

Mathurin s’initie au dessin au pastel

Mercredi dernier, Math est venu à la bibli, participer à l’animation « Goûter-Bibli ».

Après les trois histoires racontées par les bibliothécaires, une artiste pastelliste a initié les enfants au dessin au pastel.

Une technique, qui, même pour des débutants, donne des résultats très sympas. Mathurin est super fier, et je crois que celui-là, on va l’encadrer…

Balade au château

Pour les Journées du Patrimoine, nous sommes allés faire un tour au château de Forges (36 Concremiers).

Un château médiéval, ouvert une seule fois par an, pour cette occasion.

On visite peu de choses (il est habité par les descendants des premiers propriétaires, dans la même famille presque sans interruption depuis… plus de 600 ans !), mais le lieu est magique, et nous avons eu une belle leçon d’histoire, drôle et érudite, par le propriétaire lui-même.

On en repart sous le charme…

Les cadeaux de septembre

Maintenant qu’ils sont arrivés chacun à leur destinataire (deux natives de septembre qui se reconnaîtront et à qui je fais d’autres bises…), je peux vous les montrer :

deux marque-page bricolés en vitesse (comme tout ce que je fais en ce moment, GRRR !) :
du carton, des pages de vieux livres, du vernis-colle,
des perforatrices pour l’un,
de vrais trèfles à 4 feuilles pour l’autre,
une perle et du coton perlé chiné en brocante.

Un vrai travail de récup, comme je les aime.
J’espère qu’ils accompagneront de jolies lectures…

LE CONCOURS « RÉCUP »

CLÉMENTINE organisait en juillet un concours sur son blog :

GAGNE UNE JOLIE BOÎTE RÉCUP.

Après les travaux, c’étaient les vacances, faisait trop chaud pour faire du scrap (tout mon fourbi est installé dans ma chambre sous les toits,, argh !!!, à quand MA PIÈCE BRICOLAGE en bas, au frais ???)
J’ai donc bricolé dehors, sous l’arbre, ou bien sur un coin de table dans la cuisine….

Avec ÇÀ :

récup métallique

Des boucles en métal récupérées dans une boîte à boutons chinée, des fils métalliques de couleur provenant d’un câble des télécoms (merci papi !).
On entortille, et c’est tout.

Et cela a donné ÇÀ :

paire de boutons "récup"


Une paire de boutons « made in Bdd » !

Maintenant que Clémentine les a mis en ligne, avec tous les autres boutons qu’elle a reçus, je peux vous les montrer.
Allez voir sur son blog, elle organise aussi un prix du public.
Aurai-je une chance ?

Quant aux fils métalliques, il m’en reste, j’ai fait d’autres essais de bidouillages, mais ce n’est pas forcément concluant. Ces fils se révèlent assez difficiles à tresser, et au bout d’un moment, ils ont tendance à se sectionner, il faut donc y aller mollo !
Dommage, car il y a une belle palette de couleurs.

IMG_5867pendentif scoubidou en fils métalliques

Petit essai de pendentif, tressé façon scoubidou. (un reste de la folie de l’été !)

LE TEMPS DES MIRACLES

d’Anne-Laure Bondoux
Bayard (Millezime), 2009

le temps des miracles

Un livre que je devais lire pour mon boulot, un roman pour les ados, et c’est un COUP DE COEUR que tout le monde devrait lire, à partir de 15-16 ans !

« Je m’appelle Blaise Fortune et je suis citoyen de la République de France. C’est la pure vérité. »

Ainsi commence l’histoire de Blaise-Koumaïl, racontée par lui-même.
Dans un lointain pays du Caucase, pays « qu’on ne peut raconter tant il est compliqué », c’est la guerre.
Blaise n’a connu que cela, et fuit de ville en ville, de refuge en squat, avec Gloria Bohème, sa mère adoptive, qui l’a sauvé d’un train en flammes.
Leur espoir : passer en France, puisque Blaise est français, comme l’indique son passeport…

Je n’en dis pas plus, difficile sans dévoiler le cœur de ce roman magnifique, qui a d’ailleurs été encensé par la critique.

On touche du doigt (de l’oeil) le fond de la misère et c’est pourtant plein d’espoir, grâce à cette mère-courage qui a su transmettre son amour et sa foi en la vie à son fils, malgré un parcours hallucinant de malheurs.
Je me demande toujours si moi, je serais aussi forte face aux difficultés, mais l’humain est plein de ressources.

Ce n’est pas un roman facile, mais c’est une VRAIE histoire, avec du souffle, des personnages à la fois emblématiques et qui ont une vraie présence. C’est bien écrit.

Un seul bémol : la France « terre d’asile », patrie des Lumières, est peut-être un peu trop idéalisée par les temps qui courent…
Mais il ne faut pas perdre l’espoir…