LE TEMPS DES MIRACLES

d’Anne-Laure Bondoux
Bayard (Millezime), 2009

le temps des miracles

Un livre que je devais lire pour mon boulot, un roman pour les ados, et c’est un COUP DE COEUR que tout le monde devrait lire, à partir de 15-16 ans !

« Je m’appelle Blaise Fortune et je suis citoyen de la République de France. C’est la pure vérité. »

Ainsi commence l’histoire de Blaise-Koumaïl, racontée par lui-même.
Dans un lointain pays du Caucase, pays « qu’on ne peut raconter tant il est compliqué », c’est la guerre.
Blaise n’a connu que cela, et fuit de ville en ville, de refuge en squat, avec Gloria Bohème, sa mère adoptive, qui l’a sauvé d’un train en flammes.
Leur espoir : passer en France, puisque Blaise est français, comme l’indique son passeport…

Je n’en dis pas plus, difficile sans dévoiler le cœur de ce roman magnifique, qui a d’ailleurs été encensé par la critique.

On touche du doigt (de l’oeil) le fond de la misère et c’est pourtant plein d’espoir, grâce à cette mère-courage qui a su transmettre son amour et sa foi en la vie à son fils, malgré un parcours hallucinant de malheurs.
Je me demande toujours si moi, je serais aussi forte face aux difficultés, mais l’humain est plein de ressources.

Ce n’est pas un roman facile, mais c’est une VRAIE histoire, avec du souffle, des personnages à la fois emblématiques et qui ont une vraie présence. C’est bien écrit.

Un seul bémol : la France « terre d’asile », patrie des Lumières, est peut-être un peu trop idéalisée par les temps qui courent…
Mais il ne faut pas perdre l’espoir…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s