Archives mensuelles : février 2010

Escale à Cluny

Sur le chemin du retour des vacances, petit arrêt à Cluny, pour faire plaisir à mon étudiante en histoire.

Après tant de mauvais temps, une journée magnifique (regardez le ciel !), et une visite éclair mais agréable.

Dommage qu’il reste si peu de cette abbatiale hors du commun…

LES BÛGNES

Appelées aussi oreillettes, ou rousseroles dans d’autres régions, les bûgnes sont pour nous un souvenir des dernières vacances…

Les vacances sont finies pour presque toute la famille, alors, on se souvient avec délice des douceurs cuisinées dans le Jura…, mais je pense que LES BÛGNES sont l’appellation des beignets de Mardi Gras dans toute la région Rhône-Alpes…

Je sais que cela va « stresser » les membres de la famille qui n’en ont pas mangées… Désolée !

La quantité faite était importante, mais Math s’est assuré d’en laisser le moins possible…

Pour la recette, il y a un peu de lait, du beurre, du sucre, des oeufs, de la farine, de la levure ; pour les  proportions, c’est tout « au pif » selon Maman !

(le problème, c’est, comme je le lui répète, qu’en cuisine, nous n’avons pas du tout DU TOUT le même « PIF », loin de là !!)

Mais je suppose, pour celles et ceux que cela intéresse, qu’il y a une multitude de recettes dans les livres et sur le Net.

La cuisson est faite à la « Végétaline », cela fait beaucoup moins « gras » qu’à l’huile, mais le « moins gras » reste très relatif pour un beignet… !

Bonne journée !

L’anniversaire d’une Araignée…

Celles et ceux qui me connaissent vont s’étonner que je m’intéresse à une arachnidée…

Et pourtant :

L’Araignée, du blog Papelhilo que j’aime beaucoup et dont je suis une fidèle lectrice, organise un jeu pour son 1er anniversaire de blog.

Alors je vais m’y coller, car, des chaussons comme elle en crée, du vrai cousu main, ça fait rêver !

Et puis, utiliser des chutes et des restes, ça ne peut que m’intéresser !

d’ailleurs j’ai déjà une petite idée…

Comment coudre une bande de col sur un tricot

Petit aperçu de la méthode expliquée par ma mère (spécialiste en la matière) :

Ne pas rabattre les mailles de la bande de col, mais passer dedans un fil d’une couleur différente.

Ensuite (et c’est le plus important), épingler la bande de col sur le haut du tricot, en répartissant AU MIEUX les mailles pour une couture harmonieuse. Pour cela, bien repérer le milieu, puis les quarts….

Ensuite, coudre le col en prenant le bord du haut du tricot, puis les mailles de la bande de col une par une, en passant dedans. Cela arrêtera les mailles et fera une couture « nickel ».

Bon, dans mon exemple, comme j’ai une bande d’une couleur différente (tricot rayé), cela se voit, mais, en tout cas, cela fait une couture très régulière, et plate.

Voilà voilou…, j’espère que vous avez compris !

La fenêtre de la cuisine, suite et presque fin !

La voici coffrée !

Il me manques les photos de la fenêtre posée, entourage extérieur fait et placo intérieur aussi !

Yes, on avance !

« L’attrape-rêves » : un coup de coeur !

L’Attrape-rêves

de Xavier-Laurent Petit

Editions Ecole des Loisirs (collection Médium), 2009

Louise, 15 ans, vit avec son père, dans un village perdu au fond d’une vallée enclavée.

Les habitants y vivent en cercle fermé, rejetant les étrangers, comme Chems, adolescent étrange qui ose s’installer avec sa mère dans une vieille caravane.

Seule Louise ose les aborder, et tombe amoureuse de Chems. Ils se rencontrent en cachette, car l’hostilité des autres, et même du père de Louise, est palpable.

Mais la vie de la vallée est compromise : la scierie, qui fait vivre toute la population va fermer…

Aussi, lorsqu’un projet pharaonique de barrage est évoqué, la population est enthousiaste : bien que tout le site doive être noyé sous les eaux, ce barrage est synonyme de travail et d’avenir pour tout le monde.

Seul Chems n’est pas de cet avis…

Un roman magnifique, un propos fortement écologiste, de belles descriptions du paysage, des gens, des personnages « fouillés » (personne n’est tout rose, ni tout noir, le personnage de Louise est vraiment très riche), une bonne description du dilemme qui se présente aux habitants : vivoter dans une nature magnifique et préservée, ou accepter des compromis pour encore croire en l’avenir ?

Y-a-t-il d’ailleurs de bonnes solutions ?

Un COUP DE CŒUR,  à conseiller à tous à partir de 15 ans !