Etrange…

Femme de chambre

de Markus Orths

Editions Liana Levi, 2009

Drôle de roman, drôle d’héroïne…

Lynn sort de 6 mois d’hopital psychiatrique (pour dépression ? on ne sait pas trop).

Lynn reprend tout doucement le chemin de la vie. Elle trouve du travail dans un hôtel, comme femme de ménage. Emploi qu’elle exécute parfaitement, obsédée par la poussière et la saleté, même invisible, emploi qui lui permet de répéter sans fin les mêmes gestes qui l’apaisent, à la manière de certains autistes.

Un soir, prise d’une impulsion, elle se glisse sous le lit d’une chambre avant l’arrivée des clients, et va y passer la nuit, sans se montrer.

C’est le début d’un engrenage, puisque désormais, chaque mardi, elle va s’allonger sous ce lit…

Beaucoup d’étrange dans ce roman, du malaise aussi.

Pas de voyeurisme pourtant, la motivation de Lynn étant plutôt de vivre un peu, par procuration, d’échapper au vide de sa vie, à son appartement qu’elle ne supporte pas, à sa mère qu’elle tient à distance…

Beaucoup de questions restent sans réponse, on aimerait en savoir un peu plus sur son passé, ce qu’elle a traversé. C’est juste une tranche de vie d’une femme qu’on sent un peu en sursis.

Le style, sec et dépouillé, accentue cette impression.

Une lecture agréable, originale, dérangeante, mais qui laisse un peu sur sa faim en ce qui concerne l’héroïne.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s