La Passerelle

La passerelle

de Lorrie Moore

Editions de l’Olivier, 2010

Fille d’un agriculteur du MiddleWest, Tassie arrive tout droit de sa campagne, l’année de ses vingt ans, pour entrer à l’université.

Découverte de la ville, de la fac, des magasins, bref un grand saut dans l’inconnu pour cette fille très naïve mais intelligente. A la recherche d’un petit boulot, elle entre, en tant que baby sitter, dans la vie de Sarah et Edward, un couple un peu excentrique, qui va adopter une petite fille afro-américaine, Mary-Emma.

Voilà pour l’essentiel de l’histoire, pas grand chose en somme, et pourtant, à la lecture de ce roman, on part à la découverte de l’Amérique telle qu’on ne la connaît pas (en tout cas moi, je ne la connais pas beaucoup…).

Et, au fil de sa première année d’études, Tassie va faire l’expérience de la désillusion.

Le racisme au quotidien (la petite Mary-Emma est métisse), la guerre en Irak, lointaine et si proche pourtant, les secrets de famille…

Un roman ironique et mordant sur un pays désenchanté.

Je n’arrive pas à bien décrire ce roman, dans lequel ce n’est pas l’action qui compte mais bien l’atmosphère, la peinture de la société américaine.

En tout cas, j’ai beaucoup aimé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s