Archives mensuelles : octobre 2010

Le Père Noël n’est pas (encore) en retard…

Ces vacances auront donc été, à défaut d’être « mouvementées », fructueuses (il faut bien s’occuper).

J’ai décidé de commencer mes créations pour les cadeaux de Noël.

Donc, hi hi hi, vous ne verrez rien, car il y a des visiteurs concernés sur ce blog…

Mais bon, comme je suis sympa, je vous donne juste quelques indices, non exhaustifs !

La suite fin décembre… le feuilleton sera longuet mais vous aurez le temps d’oublier !

Rarissime !!!

Un instantané, saisi sur le vif par Clémence, je pense.

Une activité rarissime ici…


Eh oui, vous avez bien vu (ou pas vraiment, en fait…) :

Je nettoie les vitres,

ce que je ne fais (presque) jamais !

(faut dire qu’en ce moment, avec le soleil bas sur l’horizon… regarder dehors devenait… !)

**************************************************

bon, ça, c’est un article qui ne sert strictement à rien…

Lectures jeunesse du mois

La première fois, on pardonne

d’Ahmed Kalouaz

Éditions du Rouergue (DoAdo), 2010

Après des années de souffrance familiale, la mère d’Elodie a enfin trouvé la force de quitter son père, un homme violent qui la brutalise depuis toujours. Elle se trouve dans un foyer pour femmes battues, tandis qu’Elodie, 15 ans, se réfugie chez sa grand-mère, et tente de se reconstruire elle aussi.

Entre amour et haine pour son père, sentiment de culpabilité et tristesse, elle cherche à oublier et surtout à avancer, avec l’aide discrète et plus lointaine de sa soeur ainée, plus âgée, qui elle aussi, cherche dans l’éloignement un chemin vers l’apaisement.

Un roman pour essayer de comprendre le ressenti des personnes confrontées à la violence familiale. Ce n’est pas un sujet facile, pas un sujet très gai, mais le roman se termine par une note d’espoir, avec une héroïne qui a la volonté d’avancer.

*******

Des étoiles au plafond

de Johanna Thydell

Editions Thierry Magnier, 2010

Jenna a 13 ans, et pour elle, ce n’est pas le bel âge : elle se trouve moche, fade, n’a pas un soupçon de poitrine, elle rêve (à sens unique) du beau Sakki, et crache son venin sur la belle Pénélope (à qui tout réussit, elle) avec sa copine Susanna.

Futile, direz-vous ? mais en fait, le plus grand drame de sa vie, c’est la maladie de sa mère : le cancer, un cancer qui dure, qui récidive, et qui va la tuer selon toute probabilité.

Voilà, c’est la vie de Jenna, le sujet du roman, un mélange de la vie d’une ado d’aujourd’hui, qui se débat avec son quotidien mais aussi avec le chagrin et la lourdeur que cette maladie fait peser sur la famille.

C’est fort, joyeux et triste, surtout vers la fin, mais cela se termine aussi par une lueur d’espoir…

Deux lectures un peu « plombées », comme souvent malheureusement dans les romans pour ados.

A quand un peu de légèreté pour la jeunesse ?

La mise à nu des époux Ransome

La mise à nu des époux Ransome

d’Alan Bennett

Éditions Denoël, 2010

J’avais tellement aimé « La reine des lectrices« , du même auteur, que j’ai sauté sur ce roman dès que j’ai pu !

Un soir, en rentrant de l’opéra, Mr et Mrs Ransome découvre que leur appartement a été cambriolé : tout, je dis bien tout, a été emporté : meubles, vaisselle, vêtements, moquette, plinthes, même le papier toilette !!!

Ahurissant, de quoi vous mettre la tête à l’envers. Mais les Ransome sont, en bons Britanniques, plein de sang-froid, et, passé l’effet de surprise, ils affrontent, chacun à leur manière, leur nouvel univers. De quoi agrémenter un peu, finalement, une vie morne dans laquelle les époux ne se parlent plus depuis longtemps…

Monsieur pense au nouveau matériel hi-fi dernier cri qu’il va pouvoir s’offrir. Madame découvre les petites boutiques populaires de son quartier, délaissant Mark et Spencer pour un temps…

Dès le début, on retrouve le ton caustique d’Alan Bennett, mais en moins drôle, moins incisif peut-être que dans « la reine des lectrices ».

J’ai moins aimé, mais quelques passages sont quand même savoureux, et la fin est plutôt réussie !

Une lecture agréable donc, à défaut de coup de cœur.

La moutarde me monte au nez…

Sur un modèle issu du dernier Marie-Claire Idées, mais tricotée avec une laine beaucoup plus grosse (aiguilles n°9)

celles et ceux qui me connaissent retrouveront bien là ma « paresse » et  mon envie d’en terminer  au plus vite !!!


Moutarde

une grande écharpe tricotée main.

ce n’est pas une couleur qui m’est habituelle mais j’ai « flashé » car elle est chaude et douce

(laine encore emballée trouvée chez Emmaüs)

Un point assez simple pour « la-fille-qui-à-son-âge-tricote-encore-en-lâchant-son-aiguille-et-donc-n’avance-pas-vite » (irrécupérable, je vous le dis…),

des pompons pour terminer joliment les  pointes…

Ma foi, elle tiendra bien chaud cet hiver !

*****

(en revanche, je n’ai pas intérêt à sortir comme ça dans la rue en ce moment : la tronche !!!! : je vais être prise pour un casseur !)

Un « Moustic » presque hors champ !

Cela faisait longtemps que je ne vous avais pas mis une photo de mon loustic-Moustic de chat !

Mais un chat, quand il n’est pas décidé à être photographié… !

En ce moment, je pourrais parfaitement le photographier, car il roupille sur son coussin

(son activité principale, dirait Laurent qui a mauvaise langue… !).

Customisation d’une jupe

Jupe en lainage chinée chez Emmaüs l’année dernière, dans des tons qui me plaisaient bien.

Pas pris le temps de la customiser avant… c’est maintenant chose faite !

Comme d’habitude, des fleurs en tissu (oui, c’est facile à faire, les fleurs…), tulle (merci Sophie !) et boutons.

Rien de bien extraordinaire, mais la jupe fait moins « stricte » comme ça…

(une deuxième jupe « améliorée » à venir…)