Un peu de « chick-lit »…

Chicken litterature ou « littérature de poulette », en Français, petite cousine de la littérature sentimentale, ainsi dénommée depuis une dizaine d’années pour faire plus « in ».

Nos (pires) meilleures vacances

d’Agathe Colombier Hochberg

Editions Fleuve Noir, 2010

bon, je ne suis pas vraiment fan, à la base.

J’avais pris ce livre pour les vacances, mais je ne l’ai pas lu avant.

En deux mots : Géraldine, chef d’entreprise parisienne branchée et débordée, cherche un lieu de vacances pour accueillir sa famille recomposée. Prise de court, elle loue, un peu à l’aveuglette, une maison sur une île grecque. A l’arrivée, tout n’est pas vraiment comme prévu…

Conclusion : PFFFFFFFFFFFFFFFFFF, quand même pas terrible.

Ça se laisse lire, ça ne prend  pas la tête, ça peut détendre, mais on ne rit pourtant jamais à gorge déployée, j’avais espéré un humour plus fin, mais non.

Et puis, c’est tellement léger et superficiel que ça s’oublie dès le livre fermé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s