Archives mensuelles : avril 2011

Les jolies balades du Finistère, suite…

Quelques images des jolis lieux visités la semaine dernière…

L’intérieur du Phare d’Eckmuhl, Pointe de Penmarc’h

*****

Forêt de Huelgoat, le Chaos et la Mare aux fées

*****

Une Anémone de mer, gage d’une eau pure, paraît-il…

*****

Douarnenez, une infime partie du très intéressant Port-Musée

(à découvrir, pas cher, très riche, ludique, varié… une mine !)

Parti…

Seul bémol pour notre retour de vacances, Moustic n’est plus là.

Mort, parti… on ne sait pas.

Deux jours avant notre retour, il était là, et depuis samedi dernier, personne…

Nous sommes tristes d’avoir perdu notre petit farfadet…

Une Maison pour les insectes

en espérant surtout qu’elle abritera les « bons » insectes pour le potager, c’est à dire ceux qui mangent les ravageurs !

Mais bon, au nom de la biodiversité, tous les insectes ont le droit de vivre, non ?

(pour certains, pas trop près de moi 😉 !)

Cela m’a pris un certain temps pour la remplir, avec l’aide de Mathurin, mais je suis assez satisfaite du résultat.

Elle est constituée d’une caisse à vin récupérée au supermarché

de restes d’ardoises du toit détruit il y a 2 ans,

de morceaux de tuiles

de branchages et de tiges divers, retaillés à la bonne longueur et bien serrés.

Un jeu de patience, qu’il faudra peut-être revoir d’ici quelque temps,

car les branches vont certainement sécher et se tasser.

Un bricolage facile à faire avec des enfants.

 

Bidouillage vestimentaire

Un jean noir qui ne m’allait pas très bien

(la coupe au niveau de l’entrejambe était bizarre, ou alors c’est moi qui suis mal fichue 😉 !

Un petit coupon imprimé chiné (véritable « wax » africain).

Je taille « au pif » au niveau de l’entrejambe, et je garde le haut

(j’ai conservé les jambes du pantalon pour faire je ne sais pas quoi encore…)

J’ajuste le bas en prenant modèle sur une jupe existante pour l’ampleur.

Je couds les deux ensemble, un ourlet vite fait.

Un biais rouge ajouté en bas en guise de ruban « finition ».

Hop, une jupe « dont il ne faut pas trop regarder les défauts détails »,

mais qui va très bien pour traîner à la maison

non, non, pas pour descendre les poubelles !

ici, nous sommes à la campagne, il faut les monter sur la route 🙂 !

Vacances au bout du monde…

… ou presque, en tout cas près du bout du « vieux monde »…

 

Dans le Finistère, pour un bon bol d’air en famille,

avec certainement un peu de pluie, Bretagne oblige.

Mais quand on aime… ça ne compte (presque) pas !

 

 

A bientôt

(quelques articles sont programmés pour ces jours d’absence…)

En ce moment, il nous occupe beaucoup…

… Enfin, que je sois franche, c’est surtout l’homme de la maison qui s’occupe beaucoup du jardin !

Beaucoup de terrassement (tas de terre qui étaient là depuis longtemps, à épandre un peu partout, dans le jardin ou ailleurs, pour combler des trous…)

Du labour

Du fumier de chèvres à épandre, pour l’engrais « écolo » naturel, et enfouir (sinon Mathurin ne voulait plus aller dans le jardin !)

De la taille (ou même de l’arrachage) d’arbustes et de rosiers un peu malades, voire morts.

Mais c’est du beau travail

et le jardin potager prend vraiment forme !

Bon, sur les photos, il y a encore beaucoup d’herbe, mais ça s’arrange…

Des pissenlits dans un cerisier…

Deuxième Land Art aux pissenlits de la saison !

Littérature pour ados : deux très bons titres

Unique

d’Alison Allen-Gray

Editions Bayard (Millézime), 2011

Dominic, 15 ans, est le fils unique d’une famille anglaise pas très unie : sa mère est alcoolique et son père, richissime homme d’affaires, ne voit en lui qu’un raté, incapable de briller dans des études scientifiques alors qu’il est très doué en dessin.

Son seul allié est son grand-père maternel, « Pop », qui malheureusement perd peu à peu la mémoire et devient dépendant. Un jour qu’il est chez lui, Dominic découvre au grenier un album avec des photos de lui, enfant, adolescent, puis jeune adulte…Sur ces photos, il ne reconnaît rien et pourtant c’est bien lui, traits pour traits !

Impossible, cela ne peut pas être lui ! Il n’a que 15 ans ! Devant ses interrogations, son grand-père se ferme.

Pourtant, très rapidement, Dominic va découvrir qu’il a eu un frère aîné, prénommé aussi Dominic, et qui est mort à 20 ans…

Dominic va enquêter et bientôt l’impensable surgit : il est le clône de son frère !

Avec en fonds le débat sur le clônage humain, un bon roman entre policier et SF, un personnage qui s’interroge sur sa personnalité, la part de l’inné et de l’acquis…

Très très bon, facile à lire, on attend la fin. Même si l’on apprend rapidement qui est vraiment Dominic, un clône, la deuxième partie du roman est tout aussi intéressante, plus « psychologique » : comment, par exemple, deux frères (ici en tous points identiques génétiquement) peuvent-ils avoir des goûts et des aptitudes si différentes ?

Une bonne lecture à partir de 14-15 ans.

 

*****

L’ami de toujours

de Xavier Mauméjean

Editions Flammarion (Tribal), 2011

David est ravi : à 20 ans tout juste, il a été contacté par la plus grande boîte de jeux vidéos pour un emploi de concepteur !

Il a du mal à y croire, bien qu’il soit sûr de son talent de graphiste, lui le « geek » solitaire, assez mal dans sa peau.

Et voilà qu’à l’aéroport, il rencontre Richard. Richard, son ami de toujours, son ami imaginaire, celui qu’il s’est créé lorsqu’il était enfant et qu’il a « effacé » à l’adolescence.

C’est impossible, et pourtant Richard est bel et bien là, bien réel même puisque les autres le voient aussi…

Richard, à la fois protecteur et menaçant, capable du pire comme du meilleur, son double et son opposé, son allié dans le monde virtuel qu’ils s’étaient inventé autrefois : Avelion…

Je n’en dis pas plus, c’est un peu confus, mais c’est à l’image de ce roman dense, déroutant, qui nous ballade sans cesse entre réel et fantastique.

Qui est qui ?

Une fin troublante et pas évidente, qui laisse la porte ouverte, même si une interprétation se dégage…

Un bon roman, qui tient en haleine, dans le monde des jeux vidéos et des « geeks », ces passionnés qui ne vivent que pour leur technologie.

Ce n’est pas un coup de cœur, mais j’avais vraiment envie de connaître la fin.