Archives mensuelles : septembre 2011

Genre « Recyclage et Cie » ou bien « Un Truc par jour »

Non, je ne vole pas leur nom,

car j’adore ces blogs participatifs, voyez-y plutôt une sorte d’hommage de groupie en recyclage !

Clic clic ci-dessous pour faire le plein d’idées géniales

Recyclage et Compagnie

et

Un Truc par jour

Depuis toujours, à la fin de l’année, je ne peux m’empêcher de récupérer les feuilles vierges des cahiers (les miens autrefois, ceux des enfants maintenant) de l’année écoulée.

Pourquoi ranger au grenier (quand on les garde) ou jeter à la poubelle, même la poubelle papier, des feuilles vierges ?

Pour certains, c’est moins de la moitié qui a été utilisée !!!

Je récupère donc les double-pages (quand le cahier a été peu utilisé),

et les feuilles simples (quand le cahier a été utilisé à plus de la moitié, il suffit, si on veut garder le cahier, de couper proprement les feuilles non-utilisées à l’aide d’un cutter, à 1 cm environ des fils de reliure, pour pouvoir conserver la première partie)

Je ne sais pas si vous suivez toujours, mais observez un cahier, et vous comprendrez aisément !

Pour cette réalisation, j’ai utilisé tous les « paquets » de double-pages que j’avais, grand et petit  format.

Quelques photos, pour vous montrer…

au final : deux superbes cahiers recyclés,

à la reliure renforcée par de la toile adhésive (de mon stock), et décorés d’illustrations extraites d’un vieil album pour enfants abîmé (et dont j’ai exploité les images jusqu’à la dernière, suite à venir !)

Evidemment, aucun des mômes, petit ou grands, ne voudra l’utiliser pour l’école !!!

Bande d’ingrats !

Je les garderai donc pour la maison… ou pour moi !

Rencontres internationales de vannerie Chabenet 2011

Un petit tour aux Rencontres Internationales des Vanniers de Chabenet-Pont-Chrétien (Indre), il y a quelques jours.

Un décor magnifique…

et des réalisations de professionnels et de jeunes

(une classe du lycée tout proche a travaillé ce thème pendant une année) vraiment très réussies.

Du beau travail d’artisan,

que j’ai apprécié (et sur lequel j’ai « bavé ! ») tout au long de la visite !

Nous avons également découvert le pont couvert de la commune,

unique pont couvert en bois ancien en France.

Pour moi qui suis une fan du film « Sur la route de Madison »,

je ne pouvais qu’être sensible au charme de cet édifice construit sur la Bouzanne…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Lectures récentes

La Merditude des choses

de Dimitri Verhulst

Editions Denoël, 2011

Je ne connaissais pas le film du même nom, issu de ce roman, et je suis donc tombée dans l’histoire des Verhulst sans crier gare.

Les Verhulst, une famille de la Belgique profonde, paumés, ringards, soiffards, le jeune Dimitri, son père, ses trois oncles et leur grand-mère.

Les Verhulst, une famille qui revendique sa pauvreté et sa « merditude »… Incroyable !

Difficilement racontable, ce roman parle de beuveries, mais aussi de famille, d’humanité. C’est bien écrit, quoique souvent vulgaire et outré (et revendiqué comme tel), mais ça vaut le détour…

*****

Deux caravanes

de Marina Lewycka

Editions des 2 Terres, 2010

De Marina Lewycka, j’avais déjà lu (et bien aimé) « Une brève histoire du tracteur en Ukraine ».

On retrouve ici des immigrés ukrainiens (mais aussi chinois, russes…), et toute la mafia organisée autour des travailleurs saisonniers et/ou clandestins en Angleterre.

Misère, exploitation, mais aussi de belles histoires d’amitié et d’amour, un microcosme à découvrir autour des figures d’Irina, Andriy, Yola, Marta, Tomasz… et même du Chien !

Des aventures et de l’humour (souvent noir).

*****

Imprésario du troisième type

de John Scalzi

Editions L’Atalante, 2011

Oui, il y a des extraterrestres, alors on peut dire que c’est un roman de science-fiction.

Mais à part ça, c’est surtout un roman très drôle sur les (més)aventures d’un imprésario, Tom Stein, qui se retrouve du jour au lendemain face à un défi d’une belle ampleur : faire accepter à l’humanité le peuple des Yherajk, extraterrestres pacifiques et soucieux de sympathiser avec le genre humain.

Hélas, les Yherajk, si pleins de bonnes intentions, sont des blobs, masses gélatineuses informes et puantes au possible. Dans ces conditions, comment ne pas déclencher la panique ?

A Tom de jouer…

Vraiment très drôle, très américain, une plongée dans le microcosme hollywoodien.

Vêtements recyclés (3)

La fin de mes coutures d’été :

Avant : un pantalon en velours taille 12 ans

(mais « plutôt mourir que de porter ça » dixit Math ; c’est vrai qu’il est « daté » 😉 )

Après : un mini cabas pratique pour transporter un bouquin

ou quelques pelotes et un crochet

*****

… un sac à tout, mais un peu plus raffiné que les précédents ! …

*****

… et une petite pochette pour l’Ipod de Math

Le mini cabas est fait à partir du haut du pantalon

(coupé sous les poches, conservées et bien pratiques et cousu en bas,

des milliers de modèles beaucoup plus réussis existent sur le Net).

Le sac est réalisé avec le tissu des deux jambes de pantalon ouvertes.

(le sens du tissu est inversé, comme ça, j’ai pu garder l’ourlet du bas des jambes pour faire le haut du sac.

Il y a donc juste des coutures sur les côtés et le fond)

Fleur au crochet maison et sangle en laine marron de mon stock chiné en brocante.

La pochette est cousue avec les restes. biais rouge (pour passer le cordon) perle et bouton de ma réserve.

Vêtements recyclés (2)

Suite de mes bidouillages récup de la fin des vacances.

Avant : Deux débardeurs pas du tout du goût de Mathurin…

Après : … deux sacs à tout

recyclage vêtements

J’ai juste cousu le bas des tee-shirts !

Ils sont très moches selon Clémence (c’est vrai que le orange, gulp, ce n’est pas ma couleur…),

mais bon, le but, c’est le côté pratique et la récup !!!
et d’ailleurs, ils remplacent parfaitement des « sacs de caisse » en plastoc bien aussi moches.

(la matière synthétique est plus résistante que le coton d’un tee-shirt simple)

(et pi d’abord… tout le monde n’a pas un « sac à tout » Adidas à zéro euro hé hé hé !)

Des romans…

L’Incroyable histoire d’Halcyon Crane

de Wendy Webb

Editions Balland, 2011

Hallie reçoit un jour une lettre qui bouleverse sa vie jusqu’alors bien calme. Le notaire de sa mère, qu’elle croyait morte depuis 30 ans, lui écrit : sa mère vient juste de décéder et lui lègue tous ses biens, sur une île des Grands Lacs, au nord des Etats-Unis.

Pourquoi son père lui a-t-il menti depuis son enfance ? Qui était sa mère ?

Un roman distrayant, sentimental, avec une touche de fantastique, de mystère, pour une lecture distrayante de l’été, sans plus…

*****

Olive Kitteridge

d’Elizabeth Strout

Editions Ecriture, 2010

Un roman curieux, où, à travers les histoires de plusieurs personnages, on va peu à peu cerner celle d’Olive Kitteridge, une femme énergique, solide, un peu tyrannique, mais finalement pleine de bonté…, une personnalité hors normes.

Difficile à raconter, cette fresque à plusieurs voix raconte aussi l’histoire d’une petite ville de l’État du Maine, aux États-Unis, sur plus de 30 ans.

Intéressant, ce roman change de l’ordinaire et l’auteur a un beau talent de conteur.

*****

Dôme (2 tomes)

de Stephen King

Editions Albin Michel, 2011

Des années que je n’avais pas lu de romans de Stephen King…

Mais celui-ci, malgré ses 2 tomes et ses quelque mille pages, m’a fait envie.

Une petite ville des Etats-Unis, dirigée d’une poigne de fer par un élu aux méthodes contestables à défaut d’être contestées.

Et soudain, un matin, une barrière qui s’érige de manière inexplicable tout autour de la ville : une barrière invisible, empêchant toute entrée et toute sortie de la ville, que ce soit pour des humains ou pour des animaux.

Une sorte de dôme qui met la ville sous cloche, avec tout ce que ça comporte comme inconvénients : familles séparées, plus d’approvisionnement, problèmes de pollution… ; mais comme avantages aussi pour un élu qui a soif de pouvoir et peut ainsi asseoir son emprise en gouvernant par la peur…

Plus que l’origine du Dôme, c’est le comportement des êtres dans ce lieu confiné qui est étudié, et, comme toujours chez Stephen King, décrit dans les moindres détails (trop foisonnant ? le début du roman est un peu long à démarrer…).

Une fois dans l’intrigue, c’est très intéressant, avec une étude et même une satire de la société humaine (et américaine…), avec des allusions au « 11 septembre » et à la politique sécuritaire menée après, sous prétexte de « prendre soin » des citoyens.

C’est aussi un peu ce que nous disent les politiques avec la crise économique actuelle, non ? : il vaut toujours mieux diviser pour mieux régner, que de demander aux gens de réfléchir ensemble et de se soutenir…

Très bon roman, qui devrait plaire même à ceux qui n’aiment pas la SF, car l’intrusion d’un élément fantastique n’est finalement pas le sujet principal.