Archives mensuelles : janvier 2012

Je n’ai pas assez de bijoux…

Oh, pourtant, je ne suis pas difficile, je ne porte que des bricoles fantaisie, surtout des colliers,

mais c’est vrai qu’il y a des matins où je n’ai rien à assortir à mes tenues pourtant fort sages, voire basiques et simples…

Voici ma maigre « boîte à bijoux » :

Vous noterez au passage le recyclage d’un présentoir à « louches » d’autrefois, qui va super bien dans la salle de bain…

Comme il était…  un peu « plein »,

j’ai acheté celui-ci en solde l’année dernière :

Quoi, il est déjà plein ??!!!

Et pourtant, je n’avais même pas de collier tout noir !

Eh bien, c’est chose faite…

Un sautoir noir tout simple,

en cordon de coton enduit et perles de récup

Je crois qu’il me faudrait un autre présentoir…

(« Même pas en rêve ! », m’a dit Laurent, soucieux de conserver un peu d’espace « utile » dans la salle de bain !)

Et pourtant, c’est une affaire à suivre,

car je vais avoir des choses à vous montrer, en feutrine cette fois…

Un gros projet au crochet…

Un « truc » qui dure depuis plusieurs mois, genre « ouvrage-boulet »,

mais pas que, parce qu’avec le crochet, ce qu’il y a de bien, c’est qu’on peut le prendre, le laisser, l’oublier,

y revenir, y travailler un petit 1/4 d’heure par ci par là…,

contrairement à des projets d’envergure qui nécessitent une véritable mise en chantier

(et comme je n’ai pas de pièce dédiée au bricolage, hélas…)

C’est donc en cours, et ça commence à prendre forme :

une couverture « GRANNY »,

uniquement en laine de récup blanche et bleue (différents tons)

(toujours merci Maman et les brocantes…)

Le seul critère de choix a été la grosseur du fil (crochet 3,5) et suffisamment de couleurs et de pelotes.

Pour l’assemblage et les finitions, je vais certainement utiliser du gris ou du camel, ou les deux

(une récup de chez Emmaüs en bonne quantité)

Mais pour l’instant, c’est comme ça, et il me manque encore une vingtaine de carrés…

Comme ça, je ne vous en montre pas trop, hé hé et je prends moins de risques en cas de « loupage » !!!

Et puis vous voyez que même lorsque je ne « post » pas, je bosse !

Petit bricolage : la transformation d’une boîte

Rien de révolutionnaire, si ce n’est que j’ai enfin jeté la vieille boîte de glace toute « pourrie » dans laquelle je rangeais les sachets de levure et de sucre vanillé !

Donc avant, il y avait ça :

Beurk !!! (comment ai-je pu conserver ça si longtemps !!!)

Des boîtes comme celle-ci, j’en ai plusieurs, et bien-sûr… je n’aime pas les jeter…

Maintenant, il y a ça :

Bon, elle a été transformée vite-fait, entre d’autres tâches,

à l’aide de papiers de récup (dont de véritables sachets de levure) et de vernis-colle,

elle a donc des défauts,

je n’ai pas pris le temps de chercher des papiers plus adéquats,

et les finitions sont très moyennes.

Mais à côté de l’ancienne…

Et puis, c’est du RECYCLAGE, et ça, j’aime bien !

Le week-end, c’est souvent cuisine !

L’occasion cette fois, de tester la recette des

« meilleurs cookies du monde »

C’est le nom qui leur est donné sur le blog « les projets de Miss Butterfly ».

Eh bien, après deux tournées (c’est à dire deux fois la quantité photographiée) déjà mangées… !, je confirme qu’ils sont excellents !

Je ne sais pas si ce sont les meilleurs du monde, mais franchement, ils sont trèèèès bien : moelleux dedans, croustillants autour…!!!

Petit changement dans la recette : au lieu de mettre des « M & M’s », j’ai mis 150 g de raisins secs (préalablement trempés dans un peu d’eau tiède).

J’aimais moyennement l’idée des M & M’s (en plus du chocolat), et puis d’abord, je n’en avais pas sous la main !

A vous de tester votre propre adaptation !

*****

Et puis, ça, c’est un clin d’œil à mon cher beau-frère… (il comprendra !)

MON gratin dauphinois

(je dis MON, car je sais que chacun a sa propre recette, qui est souvent d’ailleurs la « VÉRITABLE » recette)

Celui-ci est le nôtre et il était très bien !

Gratin avant cuisson (pour montrer le niveau de liquide dans le plat)

*****

 

Lectures de ces dernières semaines

Photo de groupe au bord du fleuve

d’Emmanuel Dongala

Editions Actes Sud, 2010

Une tranche de la vie de Mereana, jeune femme congolaise pleine de ressources et de courage, et qui va devenir, un peu malgré elle, la meneuse d’un mouvement contre l’oppression et la corruption de son pays, et pour une meilleure condition des femmes africaines…

A force de casser des cailloux au bord du fleuve pour quelques poignées de pièces qui les sauvent tout juste de la misère, ces mères-courage vont trouver la force de prendre leur destin en main, solidaires dans l’adversité.

C’est beau, triste, gai, truculent à la manière du parler africain.

Un beau roman d’espoir.

*****

Rosa Candida

d’Audur Ava Olafsdottir

Editions Zulma, 2011

Le jeune Arnljotur, 22 ans, quitte la maison familiale pour aller s’occuper d’un jardin mythique dans une abbaye lointaine.

Il a dans son sac, 3 précieuses boutures de la Rosa Candida, la rose à 8 pétales, variété amoureusement cultivée par sa mère décédée. Ces boutures sont le symbole de son amour pour sa mère, pour les plantes et le début de sa nouvelle vie.

Car Arnljotur, s’il part seul, va retrouver Anna, avec qui il a eu une petite fille « par accident », Flora Sol. Une petite fille qui est aussi tout un symbole…

J’ai eu un peu de mal avec ce roman, au début. Le héros, l’écriture, sont difficiles à cerner. On ne sait où le récit veut en venir…

Et puis, on se prend d’un attachement sans borne pour ce jeune homme original, sympathique, plein de bonne volonté et d’amour pour sa petite fille.

C’est difficile à résumer : il y a l’amitié, les rencontres, l’amour, la nature, le souvenir, l’initiation à une vie nouvelle, pleine de promesses et d’incertitudes.

Tout n’est pas rose, mais la vie est si belle…

Un « COUP DE CŒUR » pour cet « écrivaine » islandaise, dont c’est le premier roman traduit en Français.

*****

Le confident

d’Hélène Grémillon

Editions Plon, 2010

Un livre qui se dévore, une histoire de vies manquées et brisées pendant et après la 2ème guerre mondiale, de multiples fausses-pistes et rebondissements, qui égarent et ferrent le lecteur jusqu’à la fin.

Une belle histoire, et pourtant j’ai trouvé ça moyennement bien écrit. Dommage, car on se laisse vraiment emporter par l’intrigue.

*****

Instructions pour sauver le monde

de Rosa Montero

Editions Métailié, 2011

Un livre difficile à décrire (surtout que je l’ai lu il y a plusieurs mois), où la violence et le malaise sont partout.

De multiples personnages, aux histoires parallèles, et qui vont se croiser.

Une « théorie scientifique » sur les coïncidences, des lieux sordides… De la douleur, des rédemptions

Une écriture magnifique.

Un livre  que je n’ai pas forcément « adoré », mais qui m’a fait grande impression, et durablement.

Deux liens vers des blogs qui en parlent bien mieux que moi, Lignes e-lignes et Cunéipage

*****

La Fête du siècle

de Niccolo Ammaniti

Editions Robert Laffont, 2011

Il y a quelques années, j’avais lu « Je n’ai pas peur« , du même auteur, et j’avais eu un vrai coup de cœur.

Dans l’Italie d’aujourd’hui, décrite en pleine décadence, une bande d’illuminés, les Enragés d’Abaddon, va tenter un « coup » médiatique pour prouver au monde entier (et à eux-mêmes surtout) qu’ils sont bien les plus sataniques de tous les  sataniques.

L’idée : saboter la méga-fête d’un magnat de l’immobilier, dans le parc de la Villa Ada, à Rome, en enlevant et sacrifiant la star de la pop qui doit clôturer cette « fête du siècle », où va converger tout le gratin médiatique italien.

Au milieu de tout ça, un écrivain en panne d’inspiration, et d’autres personnages bien « barrés »…

Au final, un roman complètement déjanté, sur un monde qui l’est à peine moins…

Vraiment pas mal du tout !

*****

Jack Rosenblum rêve en Anglais

de Natasha Solomons

Editions Calmann-Lévy

Jack Rosenblum a immigré en Angleterre lors de l’arrivée des nazis en Allemagne, avec sa femme Sadie et sa petite fille Elizabeth.

Indécrottable optimiste, il va s’acharner à devenir « un bon Anglais », selon les principes du livret qui leur a été délivré à leur arrivée, et selon tout un tas d’autres principes qu’il va édicter lui-même.

Toujours tourné vers l’avenir et les autres, contrairement à sa femme qui a plus de mal à oublier leur douloureux passé, Jack a décidé, envers et contre tous, de construire un golf dans sa propriété du Dorset. En effet, un bon Anglais est un Anglais golfeur…

Humour, humanisme, joies et peines, ce roman, inspiré de la vie des grands-parents de l’auteur, est un bijou, touchant tant par l’histoire que par la naïveté du personnage principal, si attachant.

Un « coup de cœur » !

Encore quelques pages de scrap

Comme le boulot ne va pas me laisser beaucoup de temps libre jusqu’à la fin du mois,

quelques pages pour vous faire patienter…

avant d’hypothétiques suivantes !

Ce sont les plus réussies de ma dernière « fournée », que je trouve assez moyenne dans l’ensemble

(ça manque de pratique, tout ça… un vrai boulot de débutante !)

Toujours de la récup ou du bristol pour ce qui est des fonds de pages,

des tampons divers, des alphabets Toga ou indéterminés…

Je vous signale au passage que l’apprenti-coiffeur de 2009 (deux dernières photos) n’avait pas la vocation

(c’était juste pour jouer avec les vieilles barrettes de sa sœur)

Ouf pour moi, seule « cobaye » à sa disposition !

Je crois bien que je n’ai jamais eu autant de « bidules » dans les cheveux de toute ma vie !!!

*****