Archives mensuelles : mai 2012

C’est le printemps de la BD au BDD !

Je viens de faire une « cure » de BD, pour changer un peu… Et il y en a pour tous les goûts !

*****

Quatre soeurs, volume 1 : Enid

de Malika Ferdjoukh, ill. Cati Baur

Editions Delcourt, 2010

Lue depuis déjà pas mal de temps, cette BD est l’adaptation du premier tome de la série de romans du même nom de Malika Ferdjoukh.

Une bonne adaptation, fidèle et intéressante, malgré un récit forcément condensé par rapport au roman.

A travers l’histoire de la plus jeune des sœurs, Enid, c’est toute cette fratrie (de sœurs uniquement !) que l’on découvre. Une famille attachante, loufoque et soudée face à l’adversité (les parents sont décédés et c’est un peu la débrouille avec une maison, personnage à part entière d’ailleurs, qui part en déconfiture).

Une série prometteuse, j’attends la suite.

Public : pour tous dès 10-12 ans.

*****

Château de sable

de Pierre Oscar Levy, ill. Frederik Peeters

Editions Atrabile, 2010

Une plage, l’été. Arrivent à tour de rôle 13 personnages, dont le destin va basculer face à un événement fantastique…

Cette fable un peu dérangeante est géniale. Face à un destin en accéléré, les personnages vont se révéler peu à peu, et tous les travers de la société sont représentés.

Je n’en dis pas plus volontairement, car le récit est « scotchant », la fin aussi, donc à vous de le découvrir ! Une réussite !

Public : adultes

*****

Un coin de ciel bleu

tome 1 : l’odeur du foin

tome 2 : le bruit des pas dans la neige

de Jarry, Deplano et Fabris

Editions Delcourt, 2009-2011

Une série BD humoristique, avec des gags d’une page, tranches de vie de bobos de la ville (Papa, Maman et la fillette), qui découvrent la vie à la campagne.

Dans la veine du « Retour à la terre », de Manu Larcenet, que j’adore , mais en beaucoup plus léger.

En tout cas, très agréable à lire et j’ai beaucoup ri !

*****

La princesse du sang (2 volumes)

de Cabanes et Jean-Patrick Manchette

Editions Dupuis (Aire libre), 2009

Un récit policier de bonne facture, adaptation d’un roman de Manchette.

C’est plutôt bien, mais j’ai moins accroché, par goût tout simplement.

*****

Le Dernier brame

de Jean-Claude Servais

Editions Dupuis (Aire libre), 2011

Une histoire mêlant nature, fantastique, onirisme et tourments d’un écrivain en panne d’inspiration. On retrouve les thèmes chers à Servais, mais ce n’est plus aussi bon qu’au temps de « Les Saisons de la vie » ou bien de « La Tchalette ».

Le dessin est toujours aussi beau, très soigné, réaliste, mais l’histoire m’a beaucoup moins plu. Il vaut mieux relire les titres du début.

*****

Les Lumières de la France, vol. 1 : la comtesse Eponyme

de Joann Sfar

Editions Dargaud, 2011

L’époque des Lumières en France, cette fin du 18ème siècle pleine de promesses et de contradictions, avec des personnages « ébouriffants » !

La Comtesse qui s’ennuie auprès de son philosophe de mari,  et qui s’encanaille volontiers avec les domestiques (à condition quand même qu’ils restent à leur place, non mais ! ).

Le mari qui se pose des questions sur l’esclavage, mais ne souhaite tout de même pas perdre sa fortune acquise dans le commerce triangulaire…

L’histoire vue par Joann Sfar, et le moins que l’on puisse dire, c’est que ça décoiffe à fond !

C’est truculent à souhait, ça passe ou ça casse, moi, j’ai bien rigolé et j’attends la suite !

Public : adultes

*****

Frenchman

de Patrick Prugne

Editions Daniel Maghen, 2011

Un petit bijou dessiné à l’aquarelle, c’est superbe !

L’histoire de deux amis normands, au début du 19ème siècle, l’un noble, l’autre fils de paysans, embarqués malgré eux en Louisiane, du temps où la France possédait ce territoire encore dangereux, car non « pacifié »…

Une belle histoire, des illustrations somptueuses, un tel régal que j’aurais souhaité une suite !

public : adultes

Du même auteur : Canoë Bay, tout aussi bien.

*****

En attendant que le vent tourne

de Blaise et Robin Guinin

Editions Casterman, 2011

Jolie petite histoire d’enfants qui découvrent la vengeance, la culpabilité et la contradiction des sentiments.

Sous ces airs enfantins, c’est une BD pleine de finesse, dans laquelle chacun peut trouver son compte.

Lisible dès 10 ans, et pour tous ensuite.

Mes lingettes récup et recyclage !

Depuis le temps que j’y pensais…

Depuis le temps que j’en voyais partout partout partout sur les blogs…

Il fallait que j’essaie

les lingettes (à démaquiller) en tissu recyclé et… recyclables !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

une écharpe en tissu polaire très fin (cadeau VPC jamais utilisé), un vieux tee-shirt qui rend l’âme…

Découpage, assemblage des deux faces, couture rapide, et hop !

Et ma foi, après essayage, ce n’est pas si mal que ça à l’usage…

Et c’est du recyclage comme j’aime !

(reste à être vigilant et à ne pas les jeter à la poubelle par inadvertance : ce que c’est que les automatismes quand-même !!!)

Le reste des pages…

Ben oui, il me reste des pages des livres que j’ai « dépiautés » (voir articles précédents…)

Alors, un petit bouquet vite fait bien fait, pour un visite improvisée à une amie…

toujours la technique des fleurs en origami kusudama, + une petite branchette et quelques boutons !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Destruction d’un livre….

Ben, il est beau le respect de la Culture !!!

Eh, oui, voilà ce que font les bibliothécaires avec les (vieux) livres…

En hommage aux ordis chéris des hommes de la maison,

une pomme,

(mais pas croquée !)

et une boule de fleurs

(technique du kusudama, une sorte d’origami, mais avec du collage)

10 fleurs assemblées, il y a de nombreux liens sur la toile pour les réaliser très simplement…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour la pomme, j’ai vu le modèle sur un blog, mais je ne me souviens plus lequel…

que la créatrice me pardonne et qu’elle se manifeste si par hasard elle se reconnait… 🙂

Avril en Petite Montagne…

Le Jura au printemps,

c’est chaud (ben ouais, faut pas croire),

humide (quand-même),

vert (et même verdoyant !)

et…

Jaune (mais pas que !)

Lectures de mars (avec du retard !)

Vacances avec Papa

de Dora Heldt

Editions de l’Archipel, 2011

A plus de 45 ans, Christine est une femme indépendante. Enfin, quand elle est obligée de partir en vacances avec son père pendant deux semaines, le temps que sa mère se remette d’une opération, elle redevient, à son corps défendant, la « petite fille à son papa » !

Il faut dire que son père, Heinz, est un sacré numéro ! A 73 ans, il est du genre à se mêler de tout et surtout de ce qui ne le regarde pas, et à tout critiquer.

Plein de (bonne ?) volonté, il va plus ou moins diriger tout son petit monde, le temps d’un séjour sur une île du Nord de l’Allemagne.

C’est drôle, plein de tendresse, léger, peut-être un brin longuet, un peu cousu de fil blanc, mais on passe un bon moment. Aaahh ! les relations père-fille, c’est toujours compliqué !

*****

Eleven

de Mark Watson

Editions Albin Michel, 2011

Xavier Ireland anime une émission de radio la nuit, à Londres. Très à l’écoute de ses auditeurs, il les conseille et les guide. Pourtant, le jour, Xavier est un solitaire, qui vit mal avec un passé douloureux.
Le jour où il rencontre Pippa, une jeune femme énergique et atypique qu’il a engagée pour faire du ménage, sa vie commence à changer. Il va devoir affronter ses démons et enfin, agir, même s’il ne sait pas qu’en même temps, il va aussi changer la vie de onze personnes…
Original, plein d’humour, un roman qui ne m’a pas laissée indifférente, malgré quelques longueurs.
J’ai beaucoup aimé ce point de vue : nos actes retentissent sur la vie des autres, mêmes des inconnus, d’une manière infime ou non. Rien n’est anodin…
Une façon intelligente d’aborder l’interconnexion entre les humains.

*******

Le Diner
D’Herman Koch
Éditions Belfond, 2011

Amsterdam. Paul et sa femme Claire vont dîner au restaurant avec Serge (le frère de Paul) et Babette, la femme de ce dernier.
Serge est un homme politique en vue, qui sera certainement nommé 1er ministre des Pays-Bas d’ici quelques jours.
Ensemble, ils doivent parler de leurs fils respectifs, qui ont commis un acte violent inimaginable…
Une histoire, racontée par Paul, où tout commence d’une manière feutrée, tranquille, presque ennuyeuse, comme ce diner dont les étapes (apéritif, entrée, plat, dessert) constituent les chapitres du livre.
Mais peu à peu, au gré des descriptions des pensées de Paul, des flash-back, se dessinent les contours d’une famille bien différente de ce que l’on croyait.
Un roman finalement très noir, où les cyniques et les fous ne sont pas là où on les attendait, sur une société en perte de valeurs morales.
Un démarrage un peu « poussif », mais voulu, je pense, puis un crescendo dans l’intérêt et la complexité de l’intrigue.
À découvrir sans se laisser rebuter par l’apparente banalité du début. La lectrice que j’étais, un peu déroutée, a terminé « scotchée » par la fin.

*******

Héritage
De Nicholas Shakespeare
Éditions Grasset, 2011

Andy Larkham se voit comme un loser. Obscur employé d’une petite maison d’édition londonienne, il vient de se faire plaquer par sa fiancée.
Comme il a en plus de gros soucis d’argent, son moral est au plus bas.
Là-dessus, son ancien professeur décède. En se rendant à son enterrement, il assiste par erreur aux funérailles d’un certain Christopher Madigan.
Ce qu’il ne savait pas, c’est que cet inconnu avait stipulé dans son testament que seules les personnes présentes à la cérémonie hériteraient de sa fortune.
Hors, ils n’étaient que deux…
Avec un tel argumentaire, le sujet était prometteur et m’avait accroché.
Le ton est plutôt humoristique, le (anti)héros lucide et partagé entre cynisme et honnêteté.
Mais voilà, je me suis lassée, je ne sais pas trop pourquoi, et je ne suis pas allée jusqu’au bout.
Dommage, peut-être…