Encore un roman…

Ben oui, l’automne n’est pas la bonne saison pour les bibliothécaires-bidouilleuses

qui n’ont déjà pas assez de temps libre pour toutes leurs passions :

il y a TROP de choix !

*******

Un week-end en famille

de François Marchand

Editions du Cherche-Midi, 2012

Le narrateur arrive en « Samouse », (région française inventée, mais qui reprend tous les codes de la France rurale bien paumée, limite « beauf »), pour faire la connaissance de sa belle-famille qu’il n’a jamais vue.

Dès le départ, on le sent réticent, critique, et son ton (très) caustique n’arrange rien à ses descriptions : rien ne trouve grâce à ses yeux de Parisien bien névrosé (il tourne aux anti-dépresseurs comme sa belle-famille au pastis…), et le week-end tourne vite à l’aigre…

Dit comme ça, on pourrait penser à une comédie à l’américaine, il y a des passages drôles, des descriptions bien senties des zones commerciales transformées en autelsvoués au culte de la consommation… Mais le récit tourne tellement à l’exagération que j’ai eu du mal à adhérer complètement à l’histoire, même si la chute donne la clé de ce roman déjanté.

Une lecture en demi-teinte pour moi, donc.

(anecdote rigolote : l’auteur a inventé la plupart des noms de lieux, mais au milieu, il cite des villes comme Samognat, Izernore, Géovreisset (Ain), que je connais bien, ou bien Montbeugny, St Pourçain sur Siourle (Allier), que je traverse régulièrement… Malheureusement, ces villes ne sont pas à leur avantage dans le roman !!!)

Publicités

2 réflexions au sujet de « Encore un roman… »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s