Archives mensuelles : janvier 2013

Scrap digital…

Essai rapide, en 5 mn, du logiciel ScrapPad.
C’est bien fait, il y a du choix pour les fonds de pages, embellissements divers…
Mais je préfère le papier…

20130129-072334.jpg

Publicités

Un dimanche sous la neige

Pour une fois, apprécier…

il a neigéNeige 2013seul le chat est sorti...

sans avoir à se soucier des déplacements…

neige janvier 2013écrit dans la Neige...

en profiter un peu pour s’amuser (après la nécessaire corvée de déblayage…)

bonhomme de neige... cherchez-le !

(cherchez-le bien, il est perdu dans tout ce blanc, ce pauvre petit bonhomme !)

Merci, la neige, de tomber pendant mon week-end !

Après, on peut se permettre quelques calories…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

(les meilleurs cookies du monde ?

c’est pas moi qui le dis, c’est ELLE, mais c’est vrai !!!)

gâteau à l'ananas

(gâteau à l’ananas caramélisé…)

Le tout bien au chaud…

du feu dans la cheminée...

 bonne fin de WE !

 

Lectures du moment, dont un « Coup de coeur »

La lettre qui allait changer le destin d’Harold Fry arriva le mardi…

de Rachel Joyce

Xo Editions, 2012

lalettrequiallaitchanger

Harold Fry, la soixantaine, marié à Maureen, récemment retraité, reçoit un jour une lettre d’une ancienne collègue, Queenie. Celle-ci est atteinte d’un cancer, en phase terminale, et a éprouvé le besoin de lui écrire une lettre, pour le remercier de leur amitié.

Bouleversé, Harold écrit une réponse et part la poster. Mais dès qu’il se met en marche, il sent qu’il ne peut pas faire que ça, poster une simple lettre. Alors, et conforté par les rencontres qu’il va faire, il décide de la lui porter lui-même, cette lettre, et à pied.

Il ne rentre pas chez lui, ne prépare rien, et se met en marche tel qu’il était parti à la boite aux lettres. Oui, mais voilà, il a plus de 800 kms à faire, depuis le sud de l’Angleterre, où il habite, jusqu’au nord, à la frontière avec l’Ecosse, où Queenie, il l’espère, va l’attendre avant de mourir…

Un drôle de roman, pour une drôle d’histoire, à laquelle se mêle bien sûr l’histoire intime d’Harold et Maureen, leur drame personnel (dont on soupçonne des bribes, sans rien vraiment savoir avant le dernier quart du roman).

Une alternance de chapitres entre Maureen, restée interloquée à la maison, et Harold, sur les routes d’Angleterre… Un cheminement intime et géographique, au cours desquels ils vont tous les deux faire des rencontres déterminantes.

Je n’en dis pas plus. C’est un roman singulier, qui accuse quelques longueurs, mais que l’on pardonne pour le côté optimiste et humaniste de cette histoire.

Une découverte agréable.

*****

Les lisières

d’Olivier Adam

Editions Flammarion, 2012

olivier-adam-les-lisieres

Le dernier roman d’Olivier Adam, dont tout le monde a déjà beaucoup parlé, et qui est présenté un peu comme un roman « synthèse » de son oeuvre. Comme d’habitude, on y retrouve des prénoms, des lieux, des situations qui semblent le hanter de roman en roman.

J’ai adoré !

Bon, le roman est épais (450 p.), et il y a bien quelques longueurs dans les descriptions, les cheminements intérieurs du héros, mais cela fait partie de son personnage, comme englué dans sa « Maladie », une sorte de dépression larvée qu’il traine depuis l’enfance. Cela donne des phrases très longues, sans paragraphes, sans respiration, toujours au bord de l’étouffement.

Paul, la quarantaine, écrivain à succès, vit dans le Finistère. Il vient de se séparer avec Sophie. Il vit très mal cette situation, le fait de ne voir ses enfants qu’un week-end sur deux, mais est bien conscient d’être responsable de cette séparation, car il est invivable au quotidien, toujours ailleurs et jamais là, au bon endroit, au bon moment…

C’est dans cet état d’esprit qu’il doit partir quelques jours chez ses parents, pour s’occuper de son père car sa mère est à l’hôpital.

Cela le mine, car depuis longtemps il a fui sa famille, dans laquelle il a toujours étouffé, et la banlieue parisienne où il a passé son enfance et son adolescence.

Ce séjour, les personnes qu’il va retrouver, vont-ils apporter des réponses à son mal-être, à sa conviction de n’appartenir à rien, à personne, à aucun lieu, d’être toujours sur les lisières ?

J’ai vraiment adoré ces descriptions du déracinement, du traumatisme intérieur, de la société des « petites gens », cette mise en abime (de lui-même ?)…

Un roman dont je suis sortie un peu essoufflée, saisie… en tout cas séduite, comme d’habitude.

Mon « coup de coeur » de l’hiver (pour l’instant) !

Un nouvel ouvrage sur mon crochet…

sunny spread crochet

Et bien sûr, il faudra encore un certain temps avant de le voir terminé !

Un plaid (encore !)

mais celui-ci sera pour ma fille…

Carrés inspirés des « sunny spread »

(diagramme du rond dans ce livre)

livre crochet 150 motifs...

J’ai bidouillé le dernier tour pour en faire un carré en tâtonnant, car impossible de trouver un modèle.

carré sunny spread pour plaid

Bon, ça a l’air à peu près carré, il faudra peut-être les bloquer,

mais comme je suis une « feignasse »… on verra !!!

laines de différents coloris pour les cercles : restes encore conséquents de mes écharpes d’hiver,

coloris lin pour le tour chiné en brocante en bonne quantité,

crochet n°4 : tout en récup économique !!!

Affaire à suivre donc…

Et pour voir de superbes « sunny spread blankets » et même,

 mon rêve !

des « all stars blankets » (ah ! si j’arrive à me procurer le tuto…)

clic clic ICI ou LA,

chez les « grannymaniaques » et les « Penelope’s sisters »

Dernier petit cadeau de fin d’année 2012

Ma fille voulait un sac à pain,

à la mesure de ses demi-baguettes et de son appart d’étudiante…

C’est chose faite !

appliqué collé et cousu sur tissu

Sac à pain en tissu, avec appliqué

Tissus du stoc (monstrueux, le stoc, pour le temps que j’ai à coudre…)

petit sac à pain en tissu doublé

Appliqué collé (avec un produit miraculeux trouvé sur le dernier Salon Création et Savoir-faire,

je vous en parlerai un de ces jours), puis rebrodé sur le tour des lettres.

Les lettres ont été découpées à l’aide d’une plaque de scrap Toga.

sac à pain en tissu avec appliqué

Un cordon et une perle pour fermer, hop, vite fait !

(le plus long a été de sortir la machine et de tout installer dans la cuisine,

de choisir parmi les tissus rangés dans la soupente à l’étage, à quatre pattes…

d’installer la planche à repasser,

de remonter chercher du cordon et une perle à l’étage…

vivement que j’aie un coin A MOI avec tout sous la main !)

Voeux 2013, les cartes…

C’est la tradition, mais aussi un plaisir pour moi chaque année de

confectionner nos cartes de vœux.

J’y ajoute souvent une photo de notre famille,

car les destinataires sont plutôt éloignés, et je sais que ça peut faire plaisir.

Cette année, en naviguant sur le net,

j’ai découvert par hasard ces cartes…

cartes-voeux-bronze-irise-L-1

(CLIC ICI pour en voir plus)

et j’en suis tombée amoureuse !

J’adore ces collages, et je m’en suis donc largement inspirée

(Merci à la créatrice, à laquelle je n’arrive pas à la cheville, et que j’ai honteusement plagiée !)

Voici donc la production de l’année,

qui est sur les chemins de la Poste en ce moment…

carte voeux 2013 fait main

carte voeux 2013 DIY

carte en collage voeux

et d’autres détails…

Il y en a une trentaine,

elles sont toutes différentes et décorées de

masking tape, paillettes, mini carrés de papiers (des chutes), feutres Posca et à paillettes, etc…

(photo avec une luminosité « pourrie », comme d’hab à cette époque…)