La rentrée littéraire… Un moment… Hum… Intense !

Je m’aperçois que je n’ai pas parlé de mes lectures de l’été (article en cours, hum hum…), mais déjà l’actualité littéraire me rattrape ! Alors je commence par mes lectures les plus récentes, boulot-boulot oblige !

Une rentrée littéraire avec plein de romans intéressants, et encore, je suis loin d’avoir tout vu ni tout lu !!!

La servante du Seigneur
De Jean-Louis Fournier
Editions Stock, 2013

servante du seigneur

Le dernier opus de Jean-Louis Fournier, mi roman, mi-autobiographie. Après son beau récit sur ses fils handicapés (On va où Papa ?) et sur la perte de sa femme (Veuf), l’auteur nous raconte ici l’éloignement de sa fille, « embrigadée » dans la religion (ou dans une secte ?). Décidément, le sort s’acharne sur cet homme, et son témoignage, tout en nuance, témoigne de sa rage de vivre malgré tout.

*****

Faillir être flingué
De Céline Minard
Editions Rivages, 2013

Faillir-etre-flingue

L’Amérique des grandes prairies, les chariots, les migrants, une indienne guérisseuse, des cow-boys singuliers… Le genre western et le mythe du Grand Ouest Sauvage revisités et modernisés, pour donner une histoire originale en forme de patchwork. Quelques longueurs, un peu de mal avec tous ces personnages, mais un ton intéressant et un sujet peu commun.

*****

L’échange des princesses
De Chantal Thomas
Editions du Seuil, 2013

echange-des-princesses

1721. Afin de pacifier les relations avec l’Espagne, le Régent Philippe d’Orléans a une idée lumineuse : il offre sa propre fille au fils du roi d’Espagne, et propose le mariage du jeune roi Louis XV avec l’infante Maria Anna Victoria. Peu importe si le plus âgé des fiancés a 14 ans et la plus jeune… 4 ans ! Commence alors, de chaque côté des Pyrénées, le long voyage vers la frontière, en plein hiver… Un roman historique au ton résolument moderne, un peu impertinent. Cela change, cela se lit bien, et on est édifié par cette histoire d’une époque où les enfants, même (et surtout) de haute lignée, même dans des pays dits civilisés, servaient de monnaie d’échange aussi facilement que du bétail !

*****

L’Extraordinaire voyage du fakir

qui était resté coincé dans une armoire Ikea
De Romain Puertolas
Editions Le Dilettante, 2013

extraordinaire-voyage-fakir-etait-reste-coince-armoire-ikea

Prenez un citoyen du Rajastan, Ajatashatru (prononcez j’attache ta charrue, ou bien Achète un chat roux, ou bien encore J’ai un tas d’shorts à trous, au choix…). Envoyez-le en France pour acheter un lit à clous chez Ikea (?)… et vous aurez le début d’un roman bien « barré », rocambolesque à souhait, mais pertinent et drôle sur les différences sociales, l’immigration clandestine, l’amitié, la critique de nos sociétés de consommation… Un remède contre les idées noires !
On frôle le coup de cœur, mais il y a quelques longueurs, je trouve. En tout cas, ne passez pas à côté de ce roman atypique, et d’abord, rien que pour le titre… !

*****

Pietra viva
De Léonor de Récondo
Editions Sabine Wespieser, 2013

1505. Michel-Ange a 30 ans et il est déjà reconnu pour son art. Lors d’un voyage à Carrare, pour trouver le marbre parfait, il va faire des rencontres qui influenceront ses œuvres futures… Un beau portrait du célèbre sculpteur et un roman historique qui change, avec une écriture magnifique, plein de poésie. Il ne faut pas se laisser décourager par la couverture, très sobre (austère ?) comme toujours chez cet éditeur, c’est un roman très facile à lire et qui mérite d’être découvert.

****

Kinderzimmer

de Valentine Goby

Editions Actes Sud, 2013

En novembre 1944, Suzanne, jeune résistante de 20 ans, est déportée à Ravensbruck. Elle est enceinte de trois mois, mais le cache, car le dire la condamnerait à la chambre à gaz. Elle va devoir survivre, et donner la vie dans ce lieu de mort.

On pense que tout a déjà été dit, écrit, vu, entendu, sur la déportation et les camps nazis. Mais là, ce roman m’a bluffé par sa façon de faire comprendre « de l’intérieur » la mécanique de déshumanisation, la mécanique de survie aussi, comment par une sorte de défi qu’elle se lance, par une sorte de hasard aussi finalement, Suzanne a décidé de vivre, de tenir, pour elle, pour son fils…

Un roman poignant, bien sûr, on est bouleversé, on pleure, mais ce n’est pas gratuit, jamais, jamais complaisant non plus dans les descriptions. Un livre magnifique, même si le sujet est si difficile. Je l’ai lu en une (longue) soirée, car pas moyen de ne pas aller au bout. Un coup de chapeau à l’auteur, vraiment.

*****

Au revoir là-haut
De Pierre Lemaitre
Editions Albin Michel, 2013

Novembre 1918. Après la victoire, vient le temps de la démobilisation, et là, le mythe de la France glorieuse se casse : des soldats démobilisés et livrés à eux-mêmes, avec leurs blessures physiques et morales, leurs traumatismes, des familles déboussolées… A travers le récit des vies d’Albert, le brave soldat délaissé par sa femme, d’Edouard la « gueule cassée », de Pradelle, le capitaine opportuniste, on a une autre vision de ce que fut cette guerre, puis l’après-guerre. Un roman édifiant, qui m’a marqué durablement.
Un peu long, mais très facile à lire, je vous le conseille vraiment. C’est un autre coup de cœur pour moi !

Mes trois préférés

Mes romans préférés, rentrée littéraire 2013

Publicités

2 réflexions au sujet de « La rentrée littéraire… Un moment… Hum… Intense ! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s