Lectures… du bon et du moins bon

Des lectures déjà anciennes (je ne tiens pas le rythme des articles !!!), de très bons romans, d’autres pas terribles, certains dont je n’ai pas su trouver la porte d’entrée, et d’autres que je ne mentionne même pas, des déceptions.

Des titres de la rentrée littéraire de janvier-février sont prometteurs, suite à venir…

Je ne retrouve personne
D’Arnaud Cathrine
Editions Verticales, 2013

personne

Aurélien, jeune écrivain à succès, est délégué en Normandie par sa famille pour vendre la maison familiale. D’abord agacé par cette contrainte, qui le ramène sur les lieux de son enfance, il va finalement y rester plus d’une journée, ressassant ses échecs personnels et les souvenirs qui y sont liés.

Joli roman sur la nostalgie et la remise en question.

*****

La dernière fugitive
De Tracy Chevalier
Éditions Quai Voltaire, 2013

la-derniere-fugitive

Années 1850. Après une déception amoureuse, Honor Bright, jeune femme quaker britannique, décide de suivre sa soeur Grace, qui part se marier en Amérique. Mais à peine débarquée, Grace tombe malade et meurt, laissant sa soeur seule sur le nouveau continent. Tant pis, Honor, partie pour ne jamais revenir, va continuer jusque dans l’Ohio, comme prévu.

L’accueil de son ex-futur beau-frère est froid, un accueil simplement lié à une obligation. Pourtant, peu à peu, Honor va s’intégrer, tant bien que mal, dans cette nouvelle communauté Quaker, différente de l’ancienne, grâce notamment à ses talents de quilteuse…

Patchwork, quilts, colons américains, Quakers, esclavage des Noirs et « chemin de fer clandestin », esprit d’aventure occupent ce beau roman, avec un personnage de femme forte, une future « américaine » qui ne craint pas l’adversité et l’inconnu.

Un roman que je recommande.

*****

Esprit d’hiver
De Laura Kasischke
Editions Christian Bourgois, 2013

esprit_hiver

Décidément, ce matin de Noël est bien particulier. Non seulement Holly a oublié de se réveiller, mais en plus, la neige commence à tomber et s’amoncelle de manière exceptionnelle.
Eric, son mari, part pourtant en catastrophe chercher ses parents à l’aéroport. Holly se met aux préparatifs, mais un à un, les invités, amis, connaissances ou famille se désistent, devant l’ampleur des intempéries.
Et pourquoi Tatiana, sa fille de 15 ans ne s’est-elle pas réveillée ?
C’est vrai qu’avec l’adolescence, Tatiana change. Ce n’est plus la gentille et jolie petite fille brune qu’Holly et Eric ont adopté en Russie quand elle était bébé. Mais quand même, le jour de Noël, un jour si particulier ?
Et lorsque Tatiana daigne sortir de sa chambre, c’est pour se montrer particulièrement désagréable, comme changée…
Que se passe-t-il donc aujourd’hui ? Et que s’est-il passé en Russie, il y a 13 ans, quand ils sont allés la chercher ?

Je n’en dis pas plus, pour ne pas éventer l’intrigue de ce roman curieux, tourmenté, à la chute inattendue. Je me suis fait balader, trouvant le fil de l’histoire un peu maigre, tortueux, mais la fin explique ces impressions de « flou ».
Un bon roman au suspense psychologique.

Cette auteure m’intriguait, j’ai donc lu un autre roman d’elle :

Rêves de garçons
Editions Christian Bourgois, 2007

Reves-de-garcons
Un tout autre sujet, mais toujours la même atmosphère bizarre, un univers dans lequel on ne sait jamais trop bien ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas…
C’est l’été aux États-Unis, dans les années 70. Un camp de vacances est investi par une troupe de pom-pom girls en stage. Lors d’un après-midi ennuyeux, trois filles, dont la narratrice, s’échappent pour une virée près d’un lac. Lors de la promenade, elles croisent, narguent et aguichent deux jeunes garçons qui se mettent à les suivre…
A partir de là, on ne saura pas vraiment avant la fin ce qui s’est réellement passé. Entre non-dits et allers-retours entre passé et présent, l’angoisse, ou plutôt le mal-être s’installe…
Un roman étrange et un peu suffocant, intriguant.
Décidément, Laura Kasischke, j’y reviendrai…

*****

Le Journal de la veuve
De Mick Jackson
Editions Christian Bourgois, 2012

journalveuve

A soixante ans passés, une femme devenue veuve loue une petite maison en pleine campagne, loin de Londres. Entre promenades dans la lande, alcool et déambulations au hasard, elle va « faire son deuil », mais pas seulement. Elle va devoir aussi « enterrer » tout un tas de souvenirs qui font que son mariage n’était peut-être pas si idyllique que ça…
Entre réflexion et humour, une tranche de vie originale et très british.

*****

Les Heures pâles
De Gabriel Robinson
Editions Verticales, 2013

Les-heures-pales

Prometteur, mais je n’ai pas accroché… c’est certainement dommage

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s