Archives mensuelles : novembre 2020

Emballer ses cadeaux façon récup et zéro déchet !

Cet article est tellement en retard…

qu’il devient d’actualité !

Deux photos de quelques uns des cadeaux de Noël… 2018 bien sûr !

(pour ceux qui suivent mon rattrapage de retard de publication sur ce blog 🙂

Sacs en papier de récup

customisés pour devenir des emballages cadeaux

 

 

Récupérer des sacs en parfait état, le moins « froissés » possible.

S’ils portent des inscriptions,

les camoufler à l’aide de grandes feuilles récupérées dans des magazines,

(merci le stock, provenant surtout de Flow 😉 )

de masking tape, etc.

Si on est inspiré, on peut créer des trucs rigolos…

Fermer le haut avec bolduc ou adhésif déco.

Si besoin, bien cacher le cadeau en l’emballant dans du papier de soie

(de récup, bien entendu…)

Pour la route, une enveloppe décorée vite fait

façon Art postal

 

Dommage, on écrit de moins en moins.

Cette enveloppe peut aussi contenir un cadeau dématérialisé,

ou des sous-sous, un chèque,

ça embellit le cadeau, on n’est pas des bêtes !

***

Un mini album pour la naissance d’une petite fille

Même si je ne scrape plus beaucoup,

je garde une grosse préférence pour les mini-albums.

La naissance d’une petite fille

m’avait donné l’occasion, en cette fin d’année 2018, 

de m’y remettre.

Mini album pour un bébé


C’est un album à compléter avec les photos de son choix.

Il laisse donc des pages vierges pour coller des photos,

et il est prévu pour intégrer des photos d’un format classique,

au cas où les parents ne soient pas très manuels !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Sur une base carrée en bristol il me semble,

une couverture de carton récup recouverte de papier,

des papiers et décos du stock.

***

 

Du crochet pour Noël et un autre sac !

2018, revue de détails, suite…

Ce sac était prévu pour une exposition-vente au profit du Téléthon,

mais une fois terminé, je n’ai pas pu le donner !

Entièrement crocheté avec des fils de récup,

doublés d’un fil noir,

je l’aime d’amour

mon sac au crochet arc-en-ciel noir !

A l’époque, j’avais bien « ramé » à trouver des fils d’une grosseur équivalente,

en quantité suffisante, et dans des tons en dégradé.

C’est l’inconvénient quand on ne suit aucun modèle, on prend le risque de mal finir,

ce qui ne fut pas le cas cette fois !

Le patron est « au pif ». sur une base rectangulaire de ce style :

Puis j’ai crocheté en rond, ma méthode préférée…

Il y eu encore

quelques cactus…

 

Il me semble que celui en plusieurs morceaux

est un modèle de Zakadit,

mais je n’en suis plus certaine.

A vérifier en suivant le lien vers son superbe site…

Pour terminer,

deux gnomes de Noël

 

patron bricolé à partir de divers modèles trouvés (et perdus) sur le net…

***

La couleur des émotions… en presque vrai !

Une commande pour le Noël 2018

de ma petite nièce,

d’après le très célèbre album jeunesse

La couleur des émotions

de Anna Llenas

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Des petites marottes en feutrine,

pour jouer l’histoire et parler des émotions.

L’enfant ou le parent peut mettre la main dedans

 

et la famille au complet !

Je ne suis pas la première à coudre ces personnages,

puisque ce livre est devenu un classique de la méthode Montessori.

***

Ma couronne collection automne 2020

Ramasser des feuilles avec de belles couleurs,

Les laisser un peu sécher à plat,

Les décorer avec des feutres Posca,

Manier le pistolet à colle

et voilà !

Ma couronne

en ce curieux automne 2020

 

Et merci à Ciloubidouille de m’avoir remémoré cette idée, déjà vue il y a longtemps…

***

Les légumes du jardin, c’est parfois tout un poème…

Et pourquoi dit-on légumes moches, d’abord ?

Heureusement que les dictats de la beauté n’ont pas cours ici 😀 !

Nos légumes, poussés librement,

ont souvent des formes… libres !

Ces carottes datent de 2018,

cette année, elles sont beaucoup plus banales…

Mais quelles jolies sculptures, non ❤ ?

Petit parenthèse pour celles et ceux qui arrivent ici par hasard :

Je publie en ce moment des photos de 2018, rattrapant mon retard abyssal sur ce blog.

Mais nous sommes bien en 2020, même si, entre couvre-feu et confinement,

attestations, pénuries et fermetures en tout genre,

on pourrait se croire pendant les années noires du 20ème siècle…

Courage à tous !

***

Bidouillages en tous genres…

Je passe encore en revue mes bidouillages 2018.

Un peu de couture,

un peu de peinture,

un peu de collage,

des fils, du masking tape…

Bref, du touche à tout : c’est ce qui me plait,

pas vraiment de niveau expert : mais il ne faut pas s’encombrer de perfection !

Essais de mini cactus

pour utiliser des capsules de café récupérées.

Très minutieux, et le résultat est moyen à mon goût…

Ces deux prototypes sont restés fils uniques 😀 !

Le niveau zéro ou presque de la couture récup :

du tissu très léger, de la ficelle de lin (merci les brocantes),

pour des sacs à vrac vite cousus.

tailles et formes pas très régulières, car j’ai utilisé ma fin de coupon jusqu’au bout !


J’avais cette boite en bois, qui a contenu, je crois, des lettres déco en bois.

Pas une grande contenance, pas de couvercle…

Que faire avec ?

(mais impossible de la jeter, évidemment, récup quand tu nous tiens !)

L’installation en coloc de mon fils a ouvert une possibilité de détournement :

Voici le

vide-poche à clefs zéro euro !

un peu de peinture, du masking tape, du papier du stoc, 3 pinces à linge en bois, 3 rondelles de bois (anciens jetons de jeu), feutre posca…

ça a fait le job pour que chacun retrouve rapidement son propre jeu de clés !


A force de voir ce genre de récup partout,

j’ai moi aussi voulu fabriquer

mon vase récup bouteille en verre.

Pas compliqué finalement, juste un peu minutieux pour bien commencer et terminer la spirale de ficelle (de brocante, pur jus !).

(Hiiiii ! ça fait du bien de voir des marguerites en ce mois de novembre ❤ !)

Ces bricolages-là, on en voit aussi beaucoup,

tous plus magnifiques les uns que les autres :

les tissages muraux

Comme j’ai en stock des laines « à effet » que je n’utilise pas,

mais pas de métier à tisser, même bricolé,

je l’ai tenté, en mode improvisation libre au crochet, sur une branche du jardin.

Pas compliqué mais difficile à crocheter : les différences de fil fusillent les poignets !

Ca mériterait de nouveaux essais, plus réfléchis,

afin de mieux répartir (et prévoir) les dessins formés par la laine.

 

Ce tissage est parti sur l’exposition Téléthon 2018…

Suite au prochain épisode !

***