Archives du mot-clé chien

Littérature jeunesse automne 2010

Le meilleur chien du monde

de Michael Morpurgo

Editions Gallimard (Folio junior), 2010

Je commence par le meilleur :

Les 3 vies successives d’un lévrier anglais, sauvé de la noyade par un jeune garçon, volé et vendu à un « méchant » pour les courses, arraché des griffes de ce méchant par une jeune fille révoltée, puis récupéré par un vieil homme avec qui il va faire encore un bout de chemin…

Alternance des récits des trois humains, et du récit du chien, à chaque transition et en guise de conclusion.

Récit classique et bien écrit, beaucoup de (bons) sentiments et d’optimisme finalement. Une bonne histoire animalière, à lire à partir de 10 ans.

Un chien comme déclencheur de bonheur et de changement (positif), j’aime bien cette idée…

*******

Sans la télé

de Guillaume Guéraud

Editions du Rouergue (DoAdo), 2010

Récit autobiographique, ce sont les souvenirs d’enfance et d’adolescence de l’auteur, autour du cinéma et des oeuvres qui l’ont marqué.

Surtout pour ceux qui ont vécu la même période (les trentenaires), ou pour les cinéphiles, mais je vois mal quels ados peuvent être intéressés.

*******

L’Amour me fuit

de Thomas Gornet

Editions L’Ecole des Loisirs (Neuf), 2010

Depuis le départ de leur mère, Zouz, 10 ans, vit essentiellement avec son grand frère Kaï, car leur père est très peu présent.

Zouz raconte ici une tranche de vie, entre le CE2 (départ de sa mère), et maintenant, l’entrée en 6ème.

L’amitié avec Faysal, la découverte du sentiment amoureux avec Josie, l’homosexualité de son frère (considérée comme une chose normale)…

Le récit du franchissement d’une étape, entre enfance et pré-adolescence.

Intéressant, à partir de 10-11 ans.

*******

Une semaine chez ma mère

de Gladys Marciano

Editions du Rouergue (DacOdac), 2010

Bianca, 13 ans, copines, amours et SMS-MSN en bandoulière, raconte une semaine chez sa mère, avec son frère et sa petite soeur (ils sont en garde alternée chez leurs deux parents divorcés).

Tranche de vie d’une (pré-)ado, pas inintéressant, superficiel mais pas trop finalement.

Pour un lectorat très ciblé : filles entre 12 et 15 ans.

*******

Le Bonheur selon Lucky

de Susan Patron

Editions Bayard (Estampille), 2010

Lucky a 10 ans et vit près du désert californien avec sa tutrice Brigitte, qui est française.

Un récit très curieux, d’une drôle de petite fille, mais je n’ai pas accroché alors je peux guère en parler.

Je me demande juste : pour quels lecteurs ? Présenté dans une collection pour ados, je me demande vraiment si cela peut les intéresser.

*******

La Vie avant moi

de Colas Gutman

Editions L’Ecole des Loisirs (Mouche), 2010

Pour les enfants, les parents n’ont pas de vie avant eux. C’est le cas de Léonard, 7 ans (malgré son phrasé très élaboré puisque c’est lui le narrateur), qui se demande bien où ses parents veulent en venir lorsqu’ils lui annoncent « qu’il est temps qu’il apprenne les choses de la vie »…

Bof, bof, je pense que ce petit roman rate sa cible, car les lecteurs de 6-8 ans ne parlent pas comme ça…

*******

La rédaction de Soleman

de Audren

Editions Ecole des Loisirs (Mouche), 2010

La maîtresse a demandé de raconter son meilleur souvenir. Mais Soleman, le nouveau de la classe, n’a pas de meilleur souvenir. Alors Corentin et ses amis vont lui en fabriquer un…

On n’en saura pas plus sur le passé  de Soleman, mais, grâce à cet élan de solidarité et d’amitié, on espère pour lui un avenir meilleur.

Une jolie histoire, pleine de bons sentiments, mais à 7-8 ans, ce n’est pas inutile, non ? Je n’ai été que moyennement convaincue, car certains passages sont un peu énumératifs (Untel raconte ceci, Unetelle cela…), sans que cela n’apporte rien au récit.

Et pour de jeunes lecteurs, le fait de ne rien savoir du passé de Soleman peut être une difficulté, car cela suppose des connaissances sur les immigrés, les conditions de vie ailleurs, que tous n’ont pas.

Les illustrations sont assez bof-bof (Gabriel Gay est-il le fils de Michel Gay ? ; en tout cas, ça lui ressemble, pendant sa période la plus « gnan-gnan »).

Le lapin…

Quand Mina attrape un lapin, à notre grand écoeurement, elle vient le manger sous notre nez, à côté du jardin…

(eh oui, je suis un peu hypocrite, je veux bien qu’elle me débarrasse des nombreux lapins, mais je n’aime pas trop voir ça de près…)

Mais Moustic est lui aussi très intéressé…

Après moult approches et contournements, il n’aura rien, et va s’éloigner, dégoutté…

Depuis, il s’est bien rattrapé, il attrape un lapereau (taille plus adaptée à la sienne) tous les jours ou presque !

PERDUE…

ou abandonnée ????

IMG_5475

On ne sait pas, elle est chez nous depuis vendredi matin, trouvée sur la route à 8h00 par Cyprien qui attendait le car.

Malgré les déclarations mairie, SPA, gendarmerie, personne ne l’a réclamée…

Ça me fait mal au cœur de la laisser, car elle est adorable, caline, obéissante, très sociable, il faut juste la dresser un peu. Elle est en parfaite santé, le poil bien brillant, nous nous demandons vraiment quelle est son histoire.
Bien sûr, elle est déjà adoptée par toute la famille, qui joue avec et la cajole un maximum.

Mais demain, je l’emmènerai à la mairie, qui la confiera à la SPA. Nous avons déjà Mina (qui, ma foi, la tolère plutôt bien) et c’est bien suffisant.

J’espère qu’elle retrouvera soit ses maîtres, soit une bonne nouvelle maison.

En prime, un petit moment de folie que nous nous sommes offert…