Archives du mot-clé Coup de coeur

Finalement, on en revient toujours au livre…

Je n’ai rien inventé, j’ai copié…

mais l’idée était tellement tentante

pour la future expo sur les livres recyclés

Voici donc MA version,

pour de saines lectures virtuelles…

de l’ordinateur-livre !

un ordinateur dans un livre ? Récup et recyclage !

ordinateur portable à l'ancienne ?

Et NON ! LE LIVRE N’EST PAS MORT !

et les PC portables, tablettes, liseuses et autres MacBook Pro n’ont qu’à bien se tenir…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Humm… il lit les CD, vous le voyez, c’est un sans fil…

il n’est jamais déchargé, il est silencieux… et c’est…

Un ordinateur 100% recyclable, c’est pas beau ça !

*****

Sans vous dévoiler tous mes secrets de fabrication ( 😉 ),

il m’a fallu uniquement un vieux livre relié, un bon cutter, un peu de carton-plume,

de la colle, un vieux CD et un peu de temps !

Et, même si j’ai perdu le lien

(si quelqu’un reconnait son œuvre, qu’il me le fasse savoir…),

voici l’image qui m’a inspirée :

ordi livre

merci à l’artiste, et pardon pour le « copiage » !

Publicités

Petit hérisson…

Pas encore mis sur le blog…

Une super idée déco et nature, pourtant…

un bel exemple de land art, finalement…

un hérisson très nature avec un chardon

le hérisson mignon !

Une déco nature de Beau-Papa,

avec une tête de chardon légèrement travaillée au cutter !

mini hérisson nature

compagnon du cactus, le hérisson en chardon

J’adore !

(bon, j’ai des chardons en stock,

mais je ne me suis pas encore lancée à lui fabriquer des petits frères…)

Lecture d’automne…

Les Haines pures
d’Emma Locatelli
Albin-Michel, 2013

leshainespures

Juillet 1945. Gabrielle, 25 ans, revient au pays (en Provence), dans le village de son enfance, qu’elle a fui six ans plus tôt.
Elle retrouve sa mère, une veuve sèche et méchante, uniquement préoccupée de son fils ainé handicapé, et sa jeune sœur, Louise, une jeune fille fragile.
Si son retour n’est pas le bienvenu pour sa mère, il l’est pour Louise, qui voit en elle une alliée pour échapper au monde clos et étouffant du village.
Cependant Gabrielle n’est pas là pour distraire sa sœur, même si elle l’adore.
Elle est là pour oublier la perte de son jeune fils sous les bombes alliées. Mais est-ce possible d’oublier ?
La découverte du massacre de la famille voisine, en 1944, famille à laquelle elle était très attachée, la bouleverse un peu plus encore, d’autant que les circonstances de cette tuerie lui semblent mystérieuses.
Elle va trouver un dérivatif à sa douleur en enquêtant sur ce massacre, à l’aide du nouvel occupant de la ferme, qui lui-même semble cacher son passé…

Un roman très sombre, fascinant, où l’on ne cesse d’aller de soupçons en trahisons, de mensonges en secrets. Chaque personnage a son lot de mystères, de non-dits, personne n’est tout blanc ni tout noir, chacun porte sa croix, tant bien que mal et les dégâts, intimes ou infligés par la guerre, sont parfois irréversibles…

La 4ème de couverture évoque Sébastien Japrisot, c’est vrai qu’il y a de « l’été meurtrier » dans ce roman aux méandres compliqués, par ailleurs très bien écrit.
Un beau roman, que je recommande .

Coup de cœur !

Lectures du moment

Beaucoup de lectures ces temps-ci, pour les adultes, pour la jeunesse, mais je m’aperçois que je n’en ai pas gardé trace et que ma mémoire (surchargée) de bibliothécaire me fait défaut !

Sans doute peu de choses vraiment marquantes…

Voici en tout cas le dernier en date :

Les accusées

Charlotte Rogan

Editions Fleuve noir, 2013

lesaccusees

1914, un naufrage au milieu de l’Atlantique. La ressemblance avec le Titanic s’arrête là pour virer au mystère : y a-t-il eu des meurtrières parmi les naufragées ou la fin justifie-t-elle les moyens ?

L’histoire est racontée par Grace Winter, une jeune mariée rescapée du naufrage. Dans son récit à postériori, on sait dès le début qu’elle est accusée de meurtre. Mais qu’en est-il vraiment ?

L’intrigue peut faire penser à une intrigue policière, mais c’est surtout un roman autour de la psychologie des différents personnages, plongés bien malgré eux dans un monde clos et hostile…

C’est intéressant aussi sur la condition de la femme au début du 20ème siècle, coincée entre le poids des traditions et un désir d’émancipation bien légitime qui verra une évolution avec la première guerre mondiale et le départ (ou la disparition) de beaucoup d’hommes.

Agréable à lire, original de par son sujet, mais avec quelques défauts et quelques longueurs, on attend la fin, même si l’intérêt n’est pas forcément dans le dénouement.

Et j’ai gardé celui-ci pour la fin car c’est un « diamant » :

Les pays

Marie-Hélène Lafon

Editions Buchet-Chastel, 2012

les-pays-de-marie-helene-lafon-buchet-chastel

Claire raconte : son enfance dans le Cantal, sa famille paysanne, l’immuabilité de la campagne, des traditions, l’impression de ne pas toujours faire partie de ce monde-là… et pourtant sa vie y est ancrée. Et puis, le départ pour l’internat, le lycée, puis les études supérieures à Paris, la découverte de la ville, et le désir d’y rester…

Très difficile de résumer ce court roman, si intense, si beau, dans lequel bien sûr, vous l’aurez compris, ce n’est pas l’action qui prime, mais l’introspection.

J’ai eu un énorme coup de cœur pour ce livre (en grande partie autobiographique), et son auteur ! L’écriture est magnifique, c’est beau, limpide, touchant, juste…

Le vocabulaire est recherché mais rien n’est difficile, c’est juste le bon rythme, qui prouve que l’auteur a cherché le bon mot pour chaque phrase, sans que le résultat ne soit lourd.

C’est un roman qui fait prendre conscience qu’il existe plein de gens qui écrivent, souvent pas mal, quelquefois très bien, mais qui écrivent, et à côté, de véritables écrivains.

Marie-Hélène Lafon est un(e) grand(e) écrivain(e).

A lire absolument !!!

En tout cas, pour moi, c’est le meilleur roman lu depuis plusieurs années.

Je me suis réservée un autre roman de cet auteur : « l’annonce ». J’attends avec impatience de le lire.

Mosaïque d’un beau week-end…

Nantes…

de belles balades,

de beaux souvenirs !

Le détail des cadeaux du Jeu du printemps

Rien de bien révolutionnaire, mais, comme je le disais,

deux petites bricoles faites avec AMOUR !

Le cadre :

cadre Ikea décoré de papiers roulées

un petit cadre en bois du grand Suédois,

un peu de peinture blanche pour les côtés,

et beaucoup de patience pour roulotter

des petites chutes de papiers colorés

dans un camaïeu de gris-bleu…

*****

L’oiseau :

oiseau et sa maison en fil de fer et page vieux livre

J’ai trouvé l’inspiration dans le magazine Créative de mars-avril,

Sur un modèle d’Isabelle, du blog Epistyle

(Mon coup de coeur du moment : toutes ses créations me plaisent !

C’est à la fois tout simple et très poétique, un bonheur des yeux pour moi !)

Pour une première, j’ai outrageusement copié !

une page d’un vieux livre de poche jauni,

du fil de fer gainé de tissu (du matériel de modiste, je pense,

un cadeau de Fred (si par hasard il passe ici : bise à lui !)

un morceau de bois flotté de Normandie ou de Bretagne (j’ai un bon stock !)

Et pour les deux, un peu de colle et de la patience !

Et dépêchez-vous de jouer !

Il ne reste que quelques jours pour tenter de les gagner !!!

Clic clic sur l’article précédent !

De l’intérêt de ne pas travailler le lundi…

… et avoir pu admirer,

toute la journée, au-dessus de la maison…

le passage des grues

qui remontent vers le Nord…

Migration des grues Indre février 2013

C’est vrai qu’il a fait un temps magnifique,

un vrai petit miracle après tout ce gris…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

J’ai passé une partie de mon temps à entrer et sortir de la maison,

dès que j’entendais leurs cris,

attrapant l’appareil photo au passage…

J’ai tout juste réussi à « voler » quelques instants magiques…

Pour ne JAMAIS oublier pourquoi on habite la campagne.

Des moments comme ceux-ci rattrapent tous les kms parcourus pour aller bosser…